Un peu de mécanique ! – Partie 7

Voici l’une des toutes dernières étapes de mécanique du car, enfin je l’espère.
Il s’agit de l’essieu arrière, enfin de la partie suspension et freinage.

J’ai démonté les coussins pour commencer, avec des mauvaises surprises dû a son age et au système de montage des coupelles supérieures. Celles ci ce sont remplies d’eau au fil du temps et la corrosion y a fait son nids.
Il m’a fallu donc couper les vis centrales tenant les coupelles et les butées caoutchouc ainsi que le tuyau pour pouvoir les changer. J’ai passé un pti coup de convertisseur à certains endroits qui ne craignent pas les chocs et bien sûr peinture et peinture spéciale. Les coussins aussi ont été changés, au prix ou je l’ai ai payé ça valait pas la peine de s’en priver !! Par contre les vis spéciales et les 6 coupelles (oui j’ai aussi fait l’avant mais pas de photos) c’est pas la même affaire…

ensuite vient la partie freinage. Je pensais ne pas avoir grand choses a faire comme a l’avant mais ce ne fut pas le cas… De bien mauvaises surprises sont survenues. Garniture en fin de vie, système de rattrapage grippé et cassé d’un coté et soufflets de protection volatilisés !

J’ai donc démonté, dégraissé comme j’ai pu sans pouvoir enlever tout le système de freinage ce qui aurait été très long. J’ai fait un « oups » en voulant manœuvrer le système grippé( je le savais pas encore) engendrant encore plus de dommages… bref, une bonne semaine de travail en plus…

En prime j’en ai profité pour reposer toutes les bouteilles d’air, faire un tour des fuites (la passoire… mais bon que des micro fuites alors ça reste en l’état !) et essayer les freins… Et hop encore une surprise, les cylindres de freins AR aussi sont morts. Changement par du neuf, pour le double de prix du kit de réparation j’ai économisé plusieurs jours de travail !
J’avais fait refaire des pièces en cuire servant a empêcher l’eau de rentrer dans le châssis au niveau de l’attache des tirants de l’essieu AR. Malheureusement le gars les a faite légèrement trop petite et j’ai du faire… du bricolage pour combler le trou avec de la chambre a air PL 😀

Un peu de mécanique ! – Partie 6

Ici on va commencer par le changement des deux tirants de pont avant, l’un d’eux a été endommagé par le passé et ça passe pas au CT. Et par soucis d’homogénéité d’usure et comportement, j’ai changé les deux.

Ensuite je me suis attaqué à un chantier assez long.
Sur le dernier CT, un jeu anormal des pivots G/D avait été noté. Après mesure, on est dans la tolérance Volvo mais comme d’hab, c’est les contrôleur qui font la loi. J’ai donc commandé les pièces à changer, à savoir la bague de frottement inférieur… en plastique !! C’est normal qu’elle soit dans cette matière, elle est là uniquement pour assurer un guidage dans certaines configurations et éviter le frottement métal sur métal. Mais en cas de mauvais serrage du roulement type Timken sur la partie supérieur comme c’est le cas ici, elle se retrouve à prendre des efforts non prévus. Je vous laisse admirer la différence entre bague neuve et ancienne. (disparition des canaux permettant à la graisse de circuler, canaux de 2mm de profondeur…). Pour infos les pivots ont moins de 100000Km.

Le mauvais serrage, c’est le mal !!!

Donc pour le démontage, il faut absolument tout retirer. Tambour de frein, mâchoires de frein, système d’actionnement des mâchoires, moyeu pour enfin accéder à la fusé seul et pouvoir placer l’outillage (ici maison). Ensuite, on force !!! Le cric utilisé à une capacité de 25Tonnes. Ceux de 10 et 15 tonnes n’ont pas suffit a dégager l’axe conique de son logement.

C’était gras, bien gras !!! Et malgré ça, la corrosion est partout sur les pièces. Les deux pivots étaient légèrement corrodés aussi, mais rien de grave. Du coup hop, nettoyage des pièces.

Ensuite, viens le remontage. Il y a toute une procédure spéciale à appliquer dû au type de roulement utilisé. Un fois fait, on passe au graissage.

Comme vous le voyez sur une des photos ci dessus, j’ai dû réparer avec de la colle un des couvercle. En effet, a cause de la corrosion de l’alu et de leur faible épaisseur, lors du remplissage il avait cédé sous la pression de la graisse à l’endroit où il est le plus fin…. Celui ci je m’en suis aperçu au démontage. L’autre… ma claqué dans les doigts une fois mis en place, collé a la pâte à joint et graissé…

Une fois les ensembles remontés, j’ai poncé au grain 80 les mâchoires et le tambours pour lui donner plus d’accroche en vu du CT à venir. Les tambours arrières y auront le droit eux aussi.

Tuyau injection

Échange d’un tuyaux d’injection sur lequel une prise avait frotté et donc limé la matière ! On était proche de la rupture là !!

Tube de direction et d’embrayage neuf – Partie 2

Nettoyage des tuyaux neufs pour enlever toutes limailles ayant pu rester coincées dans le circuit lors de la coupe des tuyaux malgré les précautions prises.

J’ai utilisé une bouteille d’air que j’ai rempli de diluant. Mais avec tous ces montages, la peinture intérieur de la bouteille a fondu au diluant, la rouille présente dans les raccords est parti dans le circuit et il a fallu refaire toutes les opérations depuis le début… En changeant de méthode cette fois ! Un tuyau en silicone neuf, on remplissait directement dedans et ensuite on envoyé de l’air, plus long mais le résultat était là !!