« Nettoyage » du cablage d’origine.

Voilà enfin le moment dont je me languissais le plus du chantier, le tableau elec du car !

Comme vous l’avez vu dans des articles précédents, beaucoup de faisceaux devenus inutile après l’aménagement ont été supprimés. Mais il restais a retirer les derniers fils que j’avais laissé et les derniers morceaux (j’avais coupé au plus prés pour pouvoir enlever les fil sans attendre cette étape).

Par chance j’ai pu me procurer la doc élec des Volvo B12 (et B10B aussi) ainsi que ceux des berkohf modèle excellence 2000 que je mets en pièces jointe de cette article pour ceux que cela pourra aider.
L’enthousiasme et l’excitation m’a rappelé mon dernier métier que j’ai quitté où je passais des journées à faire ce genre de travail, mais sur des hélico 😀

Ici la tache fut complexe car beaucoup de files ce croisaient, s’emmêlaient. Au cour de sa vie un paquet de monde a du y mettre les mains dedans mais sans vraiment faire gaffe à ce genre de détails. Mais beaucoup de choses étaient aussi la depuis sa fabrication.

J’ai donc fait ce qui aurait du etre fait depuis le depart. J’ai attacher les fils venant du même faisceau ensemble, démêlé les sacs de nœuds, en allant chercher jusqu’aux prises, les contacts pour pouvoir recheminer les files correctement et sans croiser avec d’autres files. Je suis très satisfait du résultat qui est de loin plus propre et plus sécure que dans l’état dans lequel il était.

En parallèle j’ai aussi retiré les files des boutons et autres options qui ne sont plus utiles aujourd’hui, ainsi que les faisceaux en attente qui avaient étés posés en cas d’ajout d’options. Au total, pas moins de 57Kg de files en moins depuis le début du projet !!!

J’ai pu ensuite procéder a l’installation de mes options, a savoir les cameras de recule, les prises allume cigare et les leds pour les portes de placard/soute/trappes carburant ainsi que les boutons d’alimentation de deux transfo qui seront détaillé ailleurs

Et bien sur pour finir, les tests elec !! Bon rien de particulier a montrer si ce n’est les résultats des pannes que j’avais déjà en rentrant ! Car oui, avec tous ces files retiré, pas un seul arc électrique, fusible cramé supplémentaire, ou fumée acre ! Rien ! J’peux vous dire que j’étais quand même bien soulagé 😀

Donc pour les pannes en rentrant, la boite de vitesse restait en defaut et le système ABS en rade. Il manquait aussi beaucoup de lampe dans les bouton et le tableau de bord.

Pour la panne de l’abs, après plusieurs heures de tests divers et une découverte flippante mais qui n’en était pas la cause, le boitier faisais toujours sauter le fusible. Après quelques appels a Volvo puis des casses PL/Bus, le verdict tombe. 280€Ht pour un boitier non testé et 680€ Ht pour faire réparer le miens. Un pti gogole, je tombe sur des annonces Ebay en Estonie dont une a exactement le bon boitier. 70€ttc et fdp gratuit. J’ai tenté et… Ben ça marche !!!
Voilà les photos des dégâts sur la carte auxiliaire de l’abs. Piste fondu et protection du PCB inexistant sur l’autre face, donc pistes corrodées.
Petites réparation, dégraissage et hop vernis PCB pour protéger

Pour la boite de vitesse ce fut plus simple. Le support de fusible avait un peu trop souvent était tordu et du coup il y avait un faut contact. Du coup je l’air replacé par un modèle plus « souple » que les fusibles auto. Mais je pense aussi que les repartions sur les files effectuées au niveau de la BV ont aidées. Le test final ce fera avec l’air et le moteur en marche car la elle ne peut pas tester tous ses systèmes sans air mais au moins plus de défaut de capteur et autres.

Lorsque tout sera parfaitement opérationnel, je vous ferai une petite vidéo du tableau de bord en marche.

Que la lumière soit ! Et la lumière fut !!

Pas vraiment de détails ici aussi, j’ai utilisé encore une fois les plaquettes support à vissé de Legrand posé par dessus l’isolation pour le gainage dans les soutes.

Pour ce qui est de l’installation éléc, les éléments ont déjà été détaillés dans l’article sur le plan de distribution elec.
J’ai bien sur mis tout ce petit monde dans une soute cloisonnée en fermacell pour les risques d’incendies. Ca limitera peut-être la casse le temps d’agir en cas de pépin.

Et enfin voilà, j’ai la lumière à tous les étages !

Gainage plafond, pose du pare vapeur et plaquage

J’ai trouvé sur le net de la gaine plate pour plafond, 22×10. Du coup j’ai pu la posé en creusant légèrement certaines plaques de Polyurethane.

Au début, j’ai pensé mettre les gaines sous le pare vapeur. Il c’est révélé que ce n’était pas une bonne idée et qu’il était plus facile et judicieux de les poser par dessous, afin de réduire les zones de faiblesses dans le pare vapeur.Après la pose de ce dernier j’ai donc remis les gaines, puis j’ai posé le contreplaqué Ctbx de 5mm pour faire la couche finale du plafond.

Pose des panneaux solaire photovoltaïques

Pour cette étape j’ai bien galéré pour trouver les matériaux et la technique pour les fixer correctement au toit.

Et oui avec un toit bombé (15cm de galbe !) pas facile de trouver un système de fixation adapté et solide. J’ai donc opté pour des cornières en alu de 10mm d’épaisseurs repris dans les tubes en acier du toit par des vis auto-perceuse de 6.3mm (1.7tonne en traction par vis !) plus de la colle entre la ferrure et la fibre du toi.Il a été difficile de trouver de la cornière dans les dimensions qu’il me fallait ( 13x 13 ) à des prix raisonnable. Pour info j’ai eu un devis de 956€ ttc pour 6 ml alors que je n’avait besoin que de 3ml… La folie ! J’ai donc, sur conseil avisé, fait le tour des ferrailleurs du secteur et j’ai trouvé mon bonheur ! Un jolie tube carré de 20 x 20 x 10mm d’épaisseur, de longueur 1m40 au prix de… 9€ !!!! J’ai donc pu découper mes ferrures, fabriquer celles pour les panneaux AV et AR qui dépassent des tubes acier du toit et fixer le tout !

Ensuite, après plusieurs heures de transpiration et d’agacement, les panneaux étaient enfin fixés, j’aurai quand même mis 3 jours pour les panneaux ! Le dernier sera poser après la pose du panneau thermique.